Les effets

Peu de temps après l'obsession de consommer une quantité d'alcool toujours plus importante, on note l'apparition de troubles de toutes sortes. La première faculté qui semble être affectée est le pouvoir de concentration. L'alcoolique éprouve une difficulté extrême à se concentrer sur une seule chose à la fois. Ses pensées sont confuses et semblent par moment dénuées de sens, la capacité de jugement est fortement altérée. Ce peut être le premier signe de la perte de la mémoire à court terme.

Les blackouts sont le signe que, du stade de consommateur « mondain » ou « social », l'individu est passé à celui d'alcoolique révélé. Les blackouts sont des situations de voile noir qui rendent l'alcoolique incapable de décrire certaines périodes vécues. L'alcoolique ne se souvient pas ce qu'il a fait durant ces périodes, de ce qu'il a dit et d'où il est allé. Même si son comportement semble aux yeux des autres cohérent, la victime de blackouts n'a pas la mémoire des événements.

Nous venons d'énoncer les troubles psychiques que l'alcool peut engendrer chez un individu prédisposé. Mais on ne saurait oublier les dommages physiques qu'il peut entraîner. Le plus connu est la cirrhose du foie. Cette pathologie survient très souvent parce que le foie agit en tant que filtre ou désintoxiquant de l'organisme qui traite l'alcool comme un poison. Comme notre système draine l'alcool vers le foie pour essayer de purifier le corps, l'alcool attaque le foie lui-même. La cirrhose conduit à une déficience hépatique qui peut être mortelle.

Fort heureusement, l'alcoolisme est une maladie traitable, même si l'on ne peut en guérir définitivement. La maladie étant traitable, la rémission totale peut être obtenue par l'abstinence. Une fois que l'alcoolique reprend ce premier verre, l'obsession et le craving (désir ardent) d'alcool à plus hautes doses l'envahissent. L'alcoolique entre à nouveau dans le cercle vicieux alcoolisme/addiction. La différence est qu'après une rechute, la personne reprend sa consommation à la même quantité d'alcool qu'au moment où elle s'est arrêtée de boire, et pas à celle du début de sa maladie, quand elle en faisait une consommation « sociale ».

Centre de Consultation


Le Centre de Consultations

Les buts
L'organisation
Contactez-nous

Nous contacter